ACTUALITES
mardi 18 juin 2019 par Geneviève
Communiqué de presse 18 juin 2019

Il faut interdire sans délai le chlorpyrifos dans notre pays

 

Sur base d’une nouvelle étude menée en Californie, et commentée hier dans le journal Le Monde, la presse belge fait état ce jour de la dangerosité d’un insecticide organophosphoré, le chlorpyrifos, pour la santé des enfants et plus particulièrement pour leur cerveau.

Ceci confirme ce que dénoncent depuis des années de nombreux scientifiques notamment un des plus grands spécialistes en la matière, le Dr Philippe Grandjean, professeur de médecine environnementale à Copenhague et à Harvard. Dans son cri d’alarme qu’est l’ouvrage publié chez Buchet-Chastel en 2016 (Cerveaux en danger), il pointait le chlorpyrifos parmi les nombreuses substances à bannir.
Une fois de plus, la Commission européenne se hâte lentement pour interdire une substance reconnue depuis longtemps comme toxique et perturbatrice endocrinienne.

Huit pays européens ont d’ores et déjà interdit l’usage de cet insecticide. La Belgique l’envisage pour fin 2019 - début 2020.

Le Grappe considère qu’il y a urgence et demande au Ministre Ducarme d’interdire le chlorpyrifos sans délai.

La politique de réduction des risques dite d’utilisation durable des pesticides de synthèse, en vigueur depuis 2009, a fait la preuve de son inefficacité partout en Europe. Il est temps de le constater. La santé de nos enfants est en jeu. Elle doit être une priorité absolue.

Le Grappe en appelle à tous les partis pour que l’interdiction programmée et à court terme de tous les pesticides de synthèse soit mise à l’agenda des négociations pour un gouvernement fédéral.

Pour le Grappe
Martine Dardenne, administratrice et Paul Lannoye, président.