Publications grappe > Communiqués de presse
vendredi 11 janvier 2013 par Geneviève

La Belgique peut sortir du nucléaire plus vite que prévu

 

La Belgique peut sortir du nucléaire plus vite que prévu.

Communiqué de presse des 4 Associations : Apere, Nature & Progrès, Les Amis de la Terre et le Grappe asbl.

L’étude réalisée par Daniel Comblin en 2011, intitulée « L’Avenir énergétique : La Belgique peut à la fois sortir du nucléaire et réduire l’effet de serre » montrait que la sortie du nucléaire programmée par la loi en 2003 était totalement réaliste pour autant qu’on s’inscrive dans un scénario d’évolution de la demande en électricité qui ne postule pas une croissance de cette demande. En outre, les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre ne sont en aucune manière compromis.

Près de deux ans plus tard, vu l’évolution du contexte (mise à l’arrêt des réacteurs de Doel 3 et de Tihange 2 – confirmation du tassement de la demande en électricité), nous avons estimé utile d’actualiser le dossier de 2011 en ajoutant aux trois scénarii précédents un quatrième scénario plus volontariste en matière de réduction de la demande (réduction de 35% en 2030 par rapport à 2011).

En outre, considérant qu’un accident nucléaire dans un pays aussi densément peuplé que la Belgique serait catastrophique et ingérable, nous estimons qu’il n’est pas acceptable de prendre le risque incalculable de faire redémarrer les réacteurs de Doel 3 et Tihange 2. Il faut dès à présent mettre tout en œuvre pour accélérer la sortie du nucléaire et s’inscrire dans la perspective du tout renouvelable en 2050.

La nouvelle version de l’étude de Daniel Comblin que vous pouvez télécharger ci-dessous montre que :
- Les scénarii « officiels » (SPF économie, Bureau du Plan, groupe Gemix) ne prennent aucunement en compte l’évolution évidente à la baisse de la consommation d’électricité entre 2004 et 2011 (- 7 %) ;
- Une meilleure maitrise de la demande (sobriété et efficacité) est manifestement la clé du problème(1) ; il faut plus de volontarisme en la matière.

En conclusion nous pouvons affirmer qu’il est prouvé et évident que le scénario de sortie prévu par la loi de 2003 reste pertinent, même en décidant dès à présent l’arrêt définitif de Doel 3 et Tihange 2.

Pour ce faire, nos décideurs politiques doivent favoriser un développement accéléré des moyens de production d’énergie renouvelables et alternatifs (2).


(1) L’instauration d’une tarification progressive dans le secteur résidentiel est un bon outil pour faire baisser les consommations. Il ne s’agit pas de pénaliser l’usage raisonnable de l’électricité (prix bas pour les tranches les plus basses) mais bien de pénaliser le mésusage et la consommation superflue.

(2) Le mécanisme des certificats verts apparaît moins performant que celui des prix garantis ; depuis la mi-2011, le marché est devenu inexistant. Le passage aux prix garantis, système plus efficace, est désormais envisagé par la Cwape pour les petits producteurs (≤ 10KW) ; sa généralisation devrait maintenant être envisagée pour l’ensemble des productions. En effet, il est souhaitable de redéfinir un système qui sécurise les investisseurs individuels et les collectivités locales (communes, coopératives citoyennes).


La Belgique peut sortir du nucléaire plus vite que prévu éd.2013